Contactez-nous:

03 29 55 34 66
 

Histoire

01 Janvier 2018

Création de l’Ensemble Scolaire Marie de Galilée qui regroupe les établissements de l’Institution Sainte-Marie (Saint-Dié), de La Providence (Saint-Dié), de Sainte-Thérèse (Raon-l’Etape) et du lycée Beau-Jardin (Saint-Dié).

Mars 2017

325 élèves de l’Institution Sainte-Marie (65 Primaire et 260 Collège) se sont rassemblés à Lourdes à l’occasion du Bicentenaire Marianiste « Lourdes 2017 ». ». 1 800 jeunes, issus des 9 établissements marianistes en France, se sont donc retrouvés tous ensemble pour fêter ce temps fort.

2014

M. MASSONI succède à Mme CHAGAGNAN.

2013

L’Institution Sainte-Marie fête les 175 ans de sa fondation.

2003

Mme CHAGAGNAN succède à M. RION.

2002

M. RION succède au Père HUE.

1998

Le Père HUE prend la succession de M. BEDOS.

1991

Une nouvelle école maternelle est construite à côté du primaire.

1988

L’Institution Sainte-Marie fête les 150 ans de sa fondation.

1984

M. BEDOS, premier directeur laïc, prend la succession du Père MOREL.

1974

Le Père MOREL prend la direction de l’Institution Sainte-Marie et assure les transformations indispensables. L’Ensemble Scolaire du Robache est constitué.

1961

M. BELHOTE, alors directeur, acquiert au Vic, commune de Ban-sur-Meurthe, une ferme qui, grâce au labeur assidu des scouts, sera progressivement aménagée pour recevoir les internes de Sainte-Marie durant les week-ends. Peu à peu, avec la disparition de l’internat le dimanche, et sous l’impulsion du frère Maurice, la vieille ferme devient la maison d’accueil Notre-Dame-des-Monts.

1958

Les nouveaux bâtiments du Grand Collège de l’Institution Sainte-Marie sont inaugurés sur une propriété de l’évêché contigüe au Grand Séminaire. C’est à cette date que le cours complémentaire est transformé en établissement d’enseignement secondaire.

Novembre 1944

La ville de Saint-Dié est incendiée par les Allemands. L’Institution Sainte-Marie n’échappe pas au sinistre…

1940

A la veille de la guerre, l’Institution Sainte-Marie compte quelques 500 élèves. Un embryon d’enseignement technique commence à se développer avec un atelier bois et un atelier fer. Une section spéciale Brevet Supérieur constitue l’amorce d’une école normale libre diocésaine.

 

1938

L’Institution Sainte-Marie fête son premier centenaire.

1932

L’arrivée d’un nouveau directeur, M. Marcel GUY, est le point de départ d’un nouvel essor marqué par la création d’un cours complémentaire de 3 classes, la réouverture de l’internat, dont l’effectif atteindra vite la centaine, l’agrandissement et la rénovation complète des bâtiments.

 

1914

Le 27 août, Saint-Dié est envahi par les Allemands qui ne quitteront la ville que le 10 septembre suivant. Durant toute la guerre, la cité va rester sur la ligne de feu et sera plusieurs fois bombardée.

Dès le mois d’octobre 1914, le Père MICHAUD rouvre les classes. Les élèves sont difficiles à tenir, écrira-t-il quelques mois plus tard.

Bombardement de l’école qu’il faut abandonner. Intrépide, le Père MICHAUD trouve moyen de rouvrir les classes le 1er mai suivant.

1903

L’école est confisquée et les frères sont expulsés. Interdiction est faite aux religieux d’enseigner. Appuyé par les catholiques Déodatiens, le frère Jules MICHAUD rouvre une école, au 24, rue de la Bolle. Il débute avec 126 élèves, 3 classes, 3 maîtres.

Après 1870

L’école des Marianistes de Saint-Dié s’accroît dans un grand bâtiment, celui de la rue Haute, dont la construction est achevée en 1875.

En 1881, l’école compte 501 élèves.

 

Novembre 1838

Ouverture de l’école primaire par le Père CHAMINADE sous la direction du Frère Claude Bertin.

1817

Fondation de la société de Marie (les Marianistes). Il s’agit d’une congrégation religieuse internationale catholique, fondée à Bordeaux, en 1817, par le Bienheureux Guillaume-Joseph CHAMINADE (1761-1850).